L'Agriculture et le Développement Durable.

L'Agriculture et le Développement Durable.
Une agriculture qui dure dans le temps.

La "Ferme Maytaise" en quelques chiffres (Chambres d'Agriculture 2007) : 55 exploitations pour 71 chefs d'exploitations, occupent 2928 ha de notre commune, soit 92.6% de la surface totale du May-sur-Evre (en 2002 : 2999 ha, soit 95% de la surface totale de la commune).

L'Agriculture et le développement durable : une agriculture qui "dure dans le temps"... Il s'agit d'une Agriculture qui favorise, certes, des bonnes pratiques environnementales, mais qui doit également se maintenir sur l'échelle économique d'une commune.

Rappelons que la mission première et ancestrale du métier agricole est de nourrir les hommes. L'agriculture a relevé le défi alimentaire qui lui a été fixé dans les années 60 : un agriculteur nourrit aujourd'hui 80 à 100 personnes. Cependant, l'agriculture doit faire face à de nouveaux défis :

  • Produire plus... pour une population mondiale croissante et pour des usages non alimentaires afin de lutter contre le réchauffement climatique (bio-masse, bio-carburant, photovoltaïque...)
  • Produire mieux... pour garantir la qualité et la traçabilité de nos produits aux consommateurs, pour améliorer la qualité de notre milieu et valoriser les efforts déjà accomplis dans ce domaine.
  • Avec moins... moins de terres agricoles, compte tenu de l'urbanisation (en France c'est l'équivalent du département de la Meuse qui disparait en terre agricole tous les 10 ans) ; moins de ressources ailleurs du fait du réchauffement climatique (sécheresse accrue, inondation...) ; moins d'intrants pour réduire les atteintes aux ressources naturelles.

Depuis quelques décennies, la nécessaire préservation de l'environnement génère sur les exploitations certaines contraintes : cahier d'épandage, plan de fumure, diminution des intrants, fertilisation raisonnée, obligation des bandes enherbées près des cours d'eau..., mais suscite également un nouveau développement agricole (création de réserve en eau pour l'irrigation), énergies renouvelables (bio-carburant tel que l'huile de colza ou panneaux photovoltaïques sur les bâtiments agricoles et méthanisation : récupération de fumier et déchets verts), filière bois de chauffage (les déchets de coupe des haies), recyclage des déchets agricoles (bac plastique, bâche...).

Si le monde agricole poursuit ses efforts vers une agriculture "écologiquement responsable", il ne pourra y arriver que si les collectivités locales et les concitoyens encouragent à maintenir sur notre territoire une agriculture dynamique et économiquement forte.

  • Les collectivités : par une gestion de l'espace (urbanisme, infrastructure) qui nécessite un aménagement harmonieux entre l'espace agricole et les besoins pour le développement de la commune.
  • Les concitoyens: par leur démarche de consommation afin de valoriser les productions locales (viande, produits laitiers, céréales...) ; comparer les marchandises sur la quantité d'équivalents CO2 rejeté pour les produire, du nombre de kilomètres cumulés parcourus par les différents ingrédients du produit...

Dans le monde agricole, beaucoup d'autres actions restent encore à initier en matière de développement durable, avec le Grenelle de l'environnement avec d'ici 2020 une réduction de 50% des produits phytosanitaires, 20% de la SAU (Surface Agricole Utile) en bio...

Ces actions ne pourront se poursuivre sans l'appui de tous les citoyens, afin de garder sur le territoire une agriculture économiquement forte, viable et vivable.

Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes